Le blog de Miscotte

 

Lien parent enfant

Hospitalisation

Objets connectés

La Miscot'team

Dans les coulisses

On parle de nous

Article sur Miscotte dans le progrès économique

Avr 19, 2019 | Objets connectés, On parle de nous | 0 commentaires

Un article rédigé par Léa Cordonier sur la société Lévali et le développement de Miscotte.

Assise derrière son petit chat connecté, Émilie Valy réalise le chemin parcouru. Pour cette trentenaire mère de deux enfants, entreprendre n’était pas, au départ, une nécessité. Infirmière de formation, la jeune femme a commencé sa carrière en arpentant les couloirs de la clinique Notre-Dame et du Centre hospitalier Saint Jean de Dieu. Jusqu’au jour où quelque chose l’interpelle : la grande majorité des services hospitaliers étant interdite aux enfants de moins de 12 ans, comment faire pour conserver le lien avec un parent hospitalisé ? “J’ai alors démarré mon aventure entrepreneuriale en créant l’association Familien qui édite, entre autres, des livrets d’accueil pour les enfants.”

Mais pour Émilie Valy, l’association ne suffit pas. L’ex-infirmière, qui vient de quitter son emploi pour se consacrer pleinement à son projet, crée la société Lévali en 2018. “Notre entreprise développe le chat connecté Miscotte (5000 euros d’investissement ; pas encore de chiffre d’affaires) qui permet de conserver le lien entre l’enfant et son parent hospitalisé.”

Concrètement, le parent enregistre un message vocal via son smartphone. L’enfant le reçoit ensuite sur son chat connecté. “Une petite enveloppe apparaît alors en transparence sur le ventre de l’animal, et l’enfant n’a plus qu’à écouter le message, détaille Émilie Valy. En retour, il peut aussi en enregistrer un.” Cette solution, qui permet de se passer de téléphone portable, est surtout destinée aux enfants de 3 à 10 ans. La jeune dirigeante et ses deux associés en sont actuellement à leur cinquième prototype : “La Région Auvergne Rhône-Alpes a déjà commandé 150 chats pour les mettre à disposition des établissements hospitaliers de son territoire.” A terme, Miscotte devrait coûter environ 149 euros à l’achat. “Mais l’objectif est aussi de le proposer à la location”, précise la jeune femme, qui n’est pas contre l’idée de proposer son chat dans d’autres situations comme pour les couples divorcés, les enfants de militaires, etc.

Léa Cordonier

Article paru dans le progrès économie Rhône du mardi 9 avril 2019

Connaissez-vous

   Miscotte ?

Miscotte est une solution permettant de maintenir le lien affectif en facilitant les échanges entre l’enfant et son parent hospitalisé.

 

> en savoir plus

 

Share This